Fanfiction

Quand la fanfiction défi l'origine.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'ombre des bois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aïshala

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 16
Localisation : Sur Wattpad

MessageSujet: A l'ombre des bois   Dim 27 Nov - 18:17

A l'ombre des bois



Cette fanfiction est basée autour de l'équipe de France. Bien sur c'est une "fiction", la plupart des choses ne sont pas réelles et d'autres modifiées, c'est simplement pour le plaisir d'écrire une histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-lgdcbbl.forumactif.org/
Aïshala

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 16
Localisation : Sur Wattpad

MessageSujet: Re: A l'ombre des bois   Dim 27 Nov - 18:27

INTRODUCTION




PDV Hugo Lloris

On est samedi après-midi, je suis à l'entrainement de foot et comme d'habitude, je suis dans mes cages étant donné que je suis le gardien. Malgré cette habitude je sens quelque chose différent, comme un regard pensant sur moi. D'habitude ça ne me dérange pas vu le nombre de spectateurs à nos entrainements mais celui là est très intense, appuyé, je le sens. Toute mon attention est tourné vers les visiteurs à la recherche de la personne qui me fixe mais impossible, je ne trouve pas ! Un sentiment de frustration commence à m'envahir. Mon regard est happé par le ballon qui s'approche trop rapidement. Je me mets en position et m'élance droit sur la balle qui fonce du côté gauche, assez proche du sol. Je me jette dessus et me couche afin qu'elle ne puisse partir après mon arrêt. J'entends les acclamations habituelles quand je fais ce genre d'arrêt et renvoie la balle à Dimitri Payet qui c'est avancé. Soudain, je capte un mouvement dans les bois juste à côté. Oui le coach avait décidé de faire nos entrainements sur un terrain juste à côté d'une grande forêt désormais. Comme quoi "l'air pur c'est bon pour la santé !" C'est une silhouette mais je la vois qui me fixe. A cette distance je suis incapable de discerner la couleur de ses yeux mais son regard semble me traverser et pouvoir lire à travers mon propre regard. Je plisse les yeux en espérant mieux la distinguer mais la forme s'agite et disparait dans l'obscurité des bois. Je n'ai pas le temps de me remettre de cette rencontre inhabituelle que le ballon me frôle le visage et viens agiter les filets des cages que je suis sensé protéger.

- Coach : Hé Hugo qu'est-ce tu fais t'as même pas bougé ?! S'exclame le coach jusque-là satisfait de mes performances.
- Hugo : Désolé coach...

Je baisse la tête et reprend ma position dans les cages pour continuer l'entrainement. Ce n'était certainement qu'un fan qui avait voulu s'approcher d'avantage ou qui aurait souhaiter recevoir un autographe en plein entrainement. Néanmoins, je ne peux m'empêcher de jeter des regards à l'endroit où se trouver la silhouette quelque minutes plus tôt, priant inconsciemment pour qu'elle revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-lgdcbbl.forumactif.org/
Aïshala

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 16
Localisation : Sur Wattpad

MessageSujet: Re: A l'ombre des bois   Dim 27 Nov - 18:51

A



PDV Hugo Lloris

    Une fois dans les vestiaires je reste pensif. Qui était-ce ? Pourquoi se cachait-il ? Était-ce un paparazzi ? Un fan ? Un tueur en série ? Une voix me sortit de mes réflexions.

- Antoine : Qu'est-ce qui t'ai arrivé sur le dernier but tout à l'heure ?
- Hugo : J'ai cru voir quelqu'un dans la forêt, ça m'a surpris.
- Antoine : Quelqu'un ?
- Hugo : Ouais j'ai pas vu qui c'était.
- Antoine : Peut-être un paparazzi.
- Hugo : Oui j'y ai pensé.
- Antoine : Bon je fais une fête à la maison pour décompresser avant le prochain match. Tu viens ?
- Hugo : Ok je serais là.

    Antoine me donne une tape amicale sur l'épaule et quitte le vestiaire une fois changé. Un moyen de se changer les idées, c'est certainement la meilleure chose à faire.

     Lundi l'entrainement reprend. La fête chez Antoine m'a complètement démontée et j'ai passé tout le dimanche à flemmarder et me remettre de ma gueule de bois. On s’échauffe et on commence les activités jusqu'au match amical à la fin de l'entrainement. Là, je sens de nouveau ce regard mais je ne tente pas de la voir. Je vois des longs cheveux s'agiter et c'est tout. C'est donc une fille... Ou un garçon aux cheveux longs, me souffle ma conscience en se foutant clairement de moi. Super, me voilà bien avancer. J'arrête la plupart des buts malgré certains (et oui on est pas parfait même moi) A la fin de l'entrainement, toute l'équipe rejoins le vestiaire sauf moi. J'attends. Je ne regarde pas dans sa direction mais je sais qu'elle est toujours là, à attendre et à m'observer. Je ne sais pas quoi faire à rester là planter comme un con. Est-ce que je dois parler en premier ? Pour dire quoi ?

- Hugo : Tu peux sortir tu sais, hasardais-je à vois basse, étant quelqu'un d'assez timide et réservé.

    Je vois la silhouette s'agiter mais pourtant je ne bouge pas.

- Hugo : Je sais que tu es là, je ne te ferais rien.

    La silhouette semble avoir compris que je peux la voir sans me tourner. De ce fait, elle se décale légèrement sur le côté pour être dans mon dos, en dehors de mon champ de vision. Je tends l'oreille mais n'entends le moindre bruit. Pas un bruit de pas ni une respiration. Quel con, j'avais une occasion de découvrir qui c'était cette mystérieuse silhouette inconnue en a profiter pour se faire la mal. Elle a certainement bien dû se moquer de me voir parler dans le vide. Je pousse un soupire, pensant qu'elle est partit mais des bruits de pas se font enfin entendre dans mon dos. Ils sont lents et à peine perceptible mais je les perçois, de plus en plus fort avec des temps de plus en plus espacé. Malgré la tentation je ne me retourne pas, mon corps se tend en la sentant si proche. Pourquoi se comportement ? Je tourne la tête vers elle avec une lenteur très contrôlée, espérant qu'elle ne partira pas comme une furie. Je la sens se tendre à son tour mais comme moi, elle ne bouge pas. Je lui fais enfin face. Elle a des cheveux châtains légèrement ondulés, des yeux marrons reflétant une incertitude et une peur croissante. Elle est un peu plus petite que moi, certainement 1m80, sa silhouette est fine et élancée. Je ne peux m'empêcher de rester paralysé devant sa beauté, pourtant il devrait y avoir beaucoup de choses qui devrait me répugner : la crasse sur son corps, ses cheveux sales et emmêlés, des vêtements déchirés et troués. On aurait dit une sauvageonne. Je réussis après de longues minutes à articuler quelques mots.

- Hugo : Comment... comment-tu t'appelles ?

    La jeune fille penche légèrement la tête sur le côté d'une façon presque imperceptible. Ses sourcils se plissent légèrement, lui donnant un air sauvage. Serait-elle sérieusement en train de chercher son nom ?

??? : Natacha, dit-elle d'une voix rauque et grinçante. On aurait dit que ça faisait des années qu'elle n'avait pas parlé.
Hugo : Pourquoi tu te caches ?
Natacha : Parce que je n'ai pas à me mêlé à ces gens là.
Hugo : Pourquoi ?
Natacha : Parce que.

    Sachant que je n'aurais pas plus de réponse, je décide de l'interroger sur son physique d'une voix hésitante.

Hugo : Comment ça se fait que tu sois comme ça ? Tu n'as pas de chez toi ? Enfin je veux dire, le prend pas la mal, dis-je en esquissant un sourire amical.

    Natacha plisse les yeux et n'esquisse pas le moindre sourire ce qui a pour effet de retirer immédiatement le mien de mon visage. Elle baisse la tête et se mord les lèvres, sur le coup je ne trouve rien de plus sexy et irrésistible.

- Natacha : Je suis orpheline, je vis dans une famille que je ne supporte pas, très pauvre. Du coup je préfère passer mon temps dehors.

    Je ne peux m'empêcher de sentir de la compassion et de la peine pour elle. Dire que je un salaire astronomique alors que des tas de personnes vivent seul dans les rues avec presque aucun moyen. J'allais lui proposer de passer au vestiaire se nettoyer au moins un peu, je lui aurais passer un pull et un jean pour se changer lorsqu'une voix retentit dans notre dos.

??? - Hé venez voir Hugo à fait sortir une SDF !

    Je n'eus pas le temps de la retenir que mon interlocutrice est partit comme un V2 dans les bois. Sacrément rapide. Je lance un regard noir à Karim qui semble ne rien avoir à se reprocher vu sa tête. Je pousse un soupire et me dirige vers les vestiaires d'un air las, toute la joie de ma journée s'étant envolée pour laisser place à de la compassion pour la jeune Natacha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-lgdcbbl.forumactif.org/
Aïshala

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 16
Localisation : Sur Wattpad

MessageSujet: Re: A l'ombre des bois   Dim 27 Nov - 21:33

L



PDV Hugo Lloris



    De retour dans les vestiaires, je n'ai pas adressé une seule fois la parole à Karim malgré toute ses tentatives. Ce n'est pas vraiment mon genre de me rebeller mais bouder ça ne me dérange pas, surtout dans des cas pareil. Ça me permet de ne pas crier à Karim tout ce que je pense de son comportement envers les autres. Cette petite m'avais fait de la peine, d'ailleurs elle n'avait pas l'air si petite que ça, certainement 22/23 ans, soit deux ou un ans de moins que moi. Je vais prendre ma douche dans le vestiaire et j'entends une voix de l'autre côté du mur.

- Karim : Désolé mec
- Hugo : C'est pas moi qu'il faut t'excuser.
- Karim : Bah avoue c'est pas gentil ce que j'dis mais c'est la vérité !


    Je ne répond pas, préférant augmenter la pression de l'eau pour ne pas l'entendre.

- Karim : Oh Hugo tu m'écoutes !
S'écria le joueur en couvrant le bruit de l'eau et ameutant certainement tout le vestiaire.
- Hugo : Je me douche là.
- Karim : Pfff t'es chiant tu sais
.

    J'aplatis le pommeau de douche contre mon corps pour entendre les bruits de pas de Karim s'éloigner, me laissant enfin en paix. Je pousse un soupir et me remémore la discussion que j'ai entretenue avec Natacha. Comment ces parents étaient-ils mort ? Depuis combien de temps vivait-elle dans la rue ? Tout ses questions se chamboulent dans ma tête et je n'ai malheureusement aucune réponse. Je sors de la douche, m'habille rapidement et rentre chez moi. Les jours suivants, les entrainements semblent bien vide car je ne distingue plus la silhouette devenue familière et rassurante dans les bois. Ce n'est qu'après une semaine que je la vois enfin, beaucoup plus proche qu'à son habitude. Elle porte les mêmes tenues que la dernière fois, elle a seulement rajouté une veste noir dans un état lamentable, la capuche rabattue sur sa tête. Je lui souris et elle hoche la tête pour me saluer. Ce jour là, aucun ballon ne passa dans les filets, j'avais envie de lui montrer de quoi j'étais capable. Pourquoi ? Aucune idée ! Ses prunelles émerveillées à chaque arrêt me remplisse de bonheur. A la fin de l'entrainement, j'attends au niveau des cages que tout le monde partent dans les vestiaires. Je vois Antoine se retourner et m'interroger du regard puis il affiche un sourire lorsqu'il comprend ce que j'attends. Une fois seul -enfin presque- je m'approche des bois pour la rejoindre et m'arrête à mi-chemin, attendant que se soit elle qui s'approche. Je vois ses yeux se plissaient sous la contrariété et je ne peux m'empêcher de sourire, elle est encore plus belle en colère ! Elle finit pourtant par se lever et me rejoindre lentement, son regard parcourant les alentours telle une bête apeuré. Une fois à ma hauteur, j'engage la conversation.

- Hugo : Salut, tu vas bien ?
- Natacha : Ça peut aller, et toi comment ça va ?
- Hugo : Très bien,
je marque une pause, hésitant à la façon de formuler ma phrase. Pourquoi tu n'es pas venue cette semaine ?
- Natacha : J'avais besoin d'être oubliée.
- Hugo : Ici personne ne t'as oublié,
dis-je en souriant, me retenant à grande peine de poser mes mains sur ses joues pour retirer toute la boue sécher et la rendre plus belle.
- Natacha : Vous devriez, je n'aime pas avoir de l'attention.
- Hugo : Pourquoi ? Demandais-je surpris.
- Natacha : Parce que je n'en mérite pas, me dit-elle en plongeant son regard noisette dans le mien avant de baisser aussitôt la tête.

    Mes sourcils se froncent et une de mes mains vint se caler sous son menton, redressant doucement son visage vers moi. Je la sens se crisper et je retire précipitamment ma main, de peur de la voir à nouveau fuir dans les bois. Mon regard parcoure son visage, tentant de l'étudier à travers toute les saletés le recouvrant. J'essaie de me demander pourquoi elle m'attire autant. C'est vrai quoi, je pourrais choisir une fille entre des centaines de fans, toute belles et biens fringuées et je me sens irrésistiblement attirée par une SDF remplit de crasse et de boue avec plus de peau nue que de vêtements sur elle.

    Je l'entends se racler la gorge et ce son me ramène soudain à la réalité. Elle avait la tête baissée mais j'étais incapable de voir si elle rougissait au nom. Combien de temps l'ai-je dévisagé. Je passe ma main dans ma nuque, gêné, avant de comblé le silence.

- Hugo : Vient, dis-je en me retournant et en faisant deux pas vers le stade, me retournant pour voir si elle me suit ou non.

    Elle avait arqué ses sourcils, la bouche légèrement entrouverte et les bras croisés sur sa poitrine en mode "really neger ?". Je ne pus m'empêcher de rire devant sa position et de faire un pas de plus vers le stade, à reculons cette fois pour la voir. Elle ne bougea toujours pas alors je repris.

- Hugo : Je te ferais pas de mal, viens je veux te montrer quelque chose.
- Natacha : Et si je refuse ?
- Hugo : Alors tu rateras un truc génial,
tentais-je en espérant l'avoir bien cernée.

    Cette fois-ci, je vis ses sourcils se froncer et son corps se balançaient d'un pied sur l'autre. Un sourire se peint sur mon visage en obtenant satisfaction. Comme je l'avais prédis, elle semblait être d'un caractère curieux. Elle me regarda d'un regard noir puis soupira, s'approchant de moi à pas de loup, ses yeux parcourant les alentours avec une concentration à rude épreuve. Je ne compris d'abord pas pourquoi elle agissait comme ça étant donné qu'il n'y avait personne mais je réalisa que ça devait être une habitude chez elle désormais. A toujours devoir faire attention où elle va, prête à fuir le moindre danger comme une proie tout le temps traqué. J'attendis qu'elle soit à ma hauteur pour reprendre la route, la regardant de temps en temps pour vérifier qu'elle me suivait toujours.

    Plus on approchait de l'entrée du stade, plus je la sentais crispé et partagé entre continuer et prendre la fuite. Je pousse la porte du bâtiment et lui tiens la porte en attendant qu'elle rentre pourtant, elle ne bouge pas et me fixe. Son regard trahit une peur infinie en regardant le couleur derrière moi. J'y jette un coup d'oeil mais ne remarque que du vide. Je l'interroge du regard et elle se racle la gorge, mal à l'aise.

- Natacha : Désolée mais je rentre pas la dedans...
- Hugo : Pourquoi ?
Demandais-je en lâchant la porte, m'approchant désormais d'elle afin d'être à sa hauteur.
- Natacha : C'est trop... fermé, il y a trop de peu d'endroits pour fuir et...
- Hugo : Mais pourquoi tu aurais besoin de fuir ?
La coupais en passant mon regard d'un œil à l'autre, cherchant à la rassurée.

    Elle ne répondit pas, préférant baisser la tête pour ne pas affronter mon regard. Je me dirige à nouveau vers la porte fermée et alors que je m'apprête à l'ouvrir, cette dernière s'ouvre brutalement et livre passage à Paul qui me saute dessus en hurlant "BOUHHH" ! Je tombe maladroitement sous son poids mais je n'y prête pas attention, je me retourne pour être sur le ventre et je vois Natacha déjà à l'autre bout du terrain, bondissant dans les buissons pour fuir le nouvelle arrivant. Je pose la tête sur le sol, complètement abattu d'avoir été si proche du but sans pour autant réussir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-lgdcbbl.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'ombre des bois   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'ombre des bois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Souffle d'ombre
» Polypodium vulgare L. (Réglisse des bois)
» Bâton en bois..
» Gueule de bois :(
» J'ai vu une ombre, j'en suis sûre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanfiction :: Fanfictions :: Fanfictions Football-
Sauter vers: