Fanfiction

Quand la fanfiction défi l'origine.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CHAPITRE 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aïshala

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 31/03/2015
Age : 16
Localisation : Sur Wattpad

MessageSujet: CHAPITRE 8   Sam 4 Avr - 10:21

A dernier mot, il décocha une flèche et tira sur elle, l'instinct de l'archère la sauva, elle roula une vitesse ahurissante sur le côté, esquivant le coup. Elle se redressa d'un bond, son père avait déjà saisit une autre flèche. Elle lui saute dessus au moment où il tira, la flèche frôla le bras d'Aïshala, laissant une ligne de sang. Elle le heurta de plein fouet et lui arracha son arc d'un geste brusque. Les gardes armèrent leurs arcs, ne tirant pourtant pas au risque de blesser le roi. Aïshala se recula tout aussi vite, l'arc de son père entre les mains, l'empêchant ainsi de tirer.
- Si tu veux me tuer père, tue moi au moins comme un roi doit tuer une princesse. Affronte moi en face à face sauf si la peur te tenaille l'estomac.
Son père sortit son épée, fou de colère de se faire humilier ainsi. Il brandit son épée et balança son bras vers Aïshala. Legolas sortit son épée et bondit devant elle, arrêtant le coup du roi de sa longue lame. Il envoya avec force l'épée de son adversaire en arrière et se plaça devant Aïshala en signe de protection.
- Legolas, écarte toi de là, ordonna son père en plissant les yeux, ce n'est pas ton combat.
- Si c'est notre combat, intervient Aragorn en se plaçant prêt de son ami, c'est le combat de tous.
Gimli, Merry et Pippin les rejoignirent, formant un mur de protection devant l'archère.
- Thranduil, dit à ton fils et à ses amis de s'écarter de de mon chemin ou je les tue tous, cracha Silfor.
- Tu ne toucheras pas à mon fils, dit Thranduil d'un ton ferme en toisant le roi du Royaume Oublié du regard.
- Alors tu te mets de leur côté ? Très bien. Je tuerais ma fille à un moment où un autre, mon armée ne se battra pas à vos côtés contre le Mordor. Nous partirons demain matin, nous n'avons aucune raison de rester avec des personnes comme vous.
Sur ces mots, il quitta la tante des rois en décochant un regard noir à Legolas, ce dernier lui rendit son regard, nullement impressionné. Le Prince Mahorin suivit son père et ses troupes à l’extérieur. Il ne resta bientôt plus que le Roi et le Prince du Royaume Sylvestre, le Roi de Minas Tirith et la communauté.
- Allez vous reposer, dit le Roi Trandhuil en pivotant vers le trône, sauf toi Aïshala je désir te parler.
Cette dernière ne bougea pas, laissant tout les autres quitter la pièce. Legolas partit le dernier, il s'arrêta prêt d'Aïshala et la regard droit dans les yeux, il tourna ensuite la tête pour vérifier que son père était encore de dos, puis il saisit la main de l'archère et la serra doucement entre ses doigts.
Il la lâcha ensuite et pris la direction extérieur. Aïshala en resta pétrifier, elle ne put s'empêcher de rougir et fixer sa main. Le contact lui avait parut si doux, la main de Legolas était tiède et douce. Elle fit interrompu de sa rêverie lorsque Thranduil se retourna pour la voir.
- Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Tu as pris une place important dans le cœur de mon fils. Ce qu'il porte en lui peut le mettre en danger comme aujourd'hui. Je veux que mon fils me suive jusqu'à la mer où il quittera la Terre du Milieu sans jamais y revenir. Malheureusement, cela est impossible si tu as une place dans son cœur car il voudra partir avec toi ou ne pas partir, mais cette endroit n'est réservait qu'à elfes qui sont bons et non des félonnes comme toi.
Aïshala se crispa, qu'elle parole du roi était la plus douloureuse pour elle ? Le fait qu'elle avait pris place dans le cœur de son fils, le fait qu'il aller partir loin d'elle sans jamais revenir ou le fait de ce faire traiter à cause des mensonges de son frère ?
- C'est pourquoi je vais avoir besoin de toi Aïshala. Tu vas aller voir mon fils, tu vas lui dire que tu n'as aucun amour pour lui, que tu ne l'aimes pas et que tu l'aimeras jamais. Il n'aura donc plus d'amour pour toi et voudra me suivre hors de la Terre du Milieu. Si tu refuses de le lui dire, je te tuerais toi mais aussi tout tes amis, ta famille, tes enfantes, tes maris. A chaque fois que tu t'attacheras à une personne je la tuerais, pour m'avoir arracher mon fils, la seul personne que j'aime. Tu as jusqu'à demain midi pour le dégouter de toi. Maintenant part, je ne veux plus te voir
à part pour m'annoncer que tu as bien remplis ta mission.
Aïshala se retourna en titubant, la tête lui tourner. Elle quitta la tante en courant, et se dirigea vers la forêt. Elle avait repéré au loin un lac, qu'elle rejoignit en quelques minutes. Elle s’assit prêt de l'eau et pencha la tête pour voir son reflet. Elle ne vit pas la même qu'autrefois, elle vit une personne où des larmes coulaient le long de ses joues, où les yeux reflétaient, la tristesse, le chagrin l'incertitude et le désespoir. Elle plaqua ses mains sur ses yeux, voulant ravaler ses larmes. Pourquoi était ce si douloureux d'envisager de ce séparé de Legolas ? Elle le savait désormais, elle l'aimer comme lui l'aimer. Elle aller devoir lui mentir, pour le quitter, pour se sauver et sauver tant de personnes. Une main se posa sur son épaule et elle sursauta, elle tourna la tête et découvrit Gimli qui s'assit prêt d'elle, mâchonnant une herbe.
- Pourquoi pleures-tu jeune elfe ?
- C'est.. c'est bien trop compliqué Gimli...
- Ah tant mieux, j'aime les histoires compliqué.
Aïshala le regarda, elle savait qu'il n'allait pas lâcher l'affaire, c'était le caractère des nains. Elle entreprit alors de lui raconter son histoire, faisans en sorte de calmer ses sanglots malgré le récit qui lui déchirer le cœur.
- Ham et bien... voilà un choix bien difficile à faire ma chère.
- Mon choix est déjà fait Gimli... Je vais devoir, mentir à Legolas. Il sera mieux loin de moi, et je sauverais tant de personne. Si la douleur est trop forte je n'aurais cas oublier, partir en guerre pour mieux mourir.
- J'aurais fait le même choix, dit-il en se redressant. L'amour peut-être oublier mais les morts ne peuvent pas être réparé.
Il quitta le lac vers le camp, mâchant toujours son herbe. Elle reporta son attention sur le lac pour voir à nouveau son reflet. Son visage n'avait pas changer, puis, elle vit apparaitre un autre visage au côté du sien, le visage de Legolas. Elle crut d'abord de que c'était un rêve, puis une main
se posa sur son épaule, juste à côté de son cou. L'archer s'assit à côté d'elle, la fixant d'un regard doux mais laissant paraitre une étincelle de colère.
- Legolas, je doit te dire quelques chose, dit-elle d'une voix qu'elle voulait ferme.
- Pas la peine, lança l'elfe en posant son regard sur les fougères au loin, j'ai tout entendu.
Malgré elle, elle saisit la main de Legolas qui était encore posé sur son épaule et la retira. Legolas reporta son attention sur Aïshala, il sembla hésitait puis il lui dit.
- J'ai une idée. Aïshala, tu vas aller dire à mon père que tu opter pour me mentir. Nous allons sortir de la forêt, tout deux en colères. Demain matin je vais partir avec mon père et toi avec Aragorn et les autres. A la moitié du chemin, je ferais demi-tour et viendrais te rejoindre, le plus discrètement
possible. Je reviendrais sur mes pas et rattraperais l'armée, je montrerais ainsi à mon père que tu n'y est pour rien, que c'est mon choix est ma volonté.
- Legolas, tu seras mieux là bas qu'avec moi, renchérit-elle sans conviction. Ton père à peut-être raison, je ne suis peut-être qu'une félonne bon à rien.
La main de Legolas se posa sur son épaule et il posa doucement ses lèvres sur sa joue. Elle frissonna sous le contact de ses lèvres contre sa peau. Il se recula et redressa la manche d'un de ses poignets. Il en sortit une de ses deux dagues et la posa dans la main d'Aïshala.
- Garde là, comme une promesse.
Legolas referma la main d'Aïshala sur la dague avec le fourreau et la lanière pour le retenir puis les retira. L'archère sortit la dague et l'observa attentivement, son attention fut porter sur la lettre "L" qui sembler bouger. Désormais, c'était une lettre en forme de "A" qui ornait la dague.
Legolas sourit et lui dit d'une voix amusé.
- Ça y est, elle t'a adoptée.
- Merci Legolas, j'en prendrais bien soin, dit-elle en l'attachant à son poignet, la cachant ensuite sous sa manche. Ils se redressèrent et le plan commença quand ils quittèrent la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-lgdcbbl.forumactif.org/
 
CHAPITRE 8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire d'un conscrit Chapitre V
» Un petit rappel de l'évangile selon Matthieu chapitre 24
» Loi des societes (chapitre 113) Chypre
» Examen de la lettre de Paul aux Romains chapitre 6
» Chapitre sacrées sorcières....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanfiction :: Livres :: Le Pouvoir des Dagues :: TOME I La Découverte du Pouvoir-
Sauter vers: